STRESS & EMOTIONS #2 - LA RESPIRATION, POURQUOI APPRENDRE A BIEN RESPIRER?

Catégorie: Sophrologie

Nous pouvons nous passer de manger quelques semaines, nous passer de boire quelques jours, mais il nous est impossible de nous passer de respirer.

La respiration, c’est la vie, de la 1ère minute de la naissance au dernier souffle. Malgré tout, nous réfléchissons rarement de la façon dont nous respirons, et même la raison pour laquelle vous respirez.

Et bien que nous ne puissions survivre sans respirer, la plupart des personnes vivent leur vie très souvent sans respirer correctement. Le stress et le travail sédentaire contribuent à des habitudes respiratoires inadaptées pour notre corps, ce qui se met en tension permanente, jusqu’à engendrer des problèmes physiques, mentaux et émotionnels.

Savez-vous, par hasard, que votre corps est privé d’oxygène lors d’une expiration incorrecte, ce qui engendre de nombreux problèmes de santé chroniques.

Bien respirer aide à améliorer tout autant votre santé physique générale que votre bien-être mental et émotionnel.

LES BIENFAITS D’UNE MEILLEURE RESPIRATION :

  • Dynamisation de l’énergie et de la résistance ;
  • Diminution de la fatigue et baisse du besoin de sommeil ;
  • Soulagement des tensions dans le corps et amélioration de la capacité à faire face à la pression et au stress ;
  • Changement du teint qui s’illumine peu à peu et d’un éclairage des yeux ;
  • Stimulation du système immunitaire et libération des substances chimiques qui aident à la guérison ;
  • Apparition d’un état de calme et d’une meilleure maitrise des émotions ;
  • La voix s’en trouve renforcée, plus claire et plus audible ;
  • Clarification de la pensée, du mental ; aide à vaincre les peurs et l’agitation mentale ;
  • Apaise les tensions physiques.

N’oublions pas que l’oxygène passe par le sang et que 20% du sang pompé par le cœur se dirige vers le cerveau, qui a besoin de beaucoup d’énergie pour fonctionner correctement. Notre respiration a donc un impact sur notre cerveau.

COMMENT RESPIRER ?

  • L’inhalation ou inspiration :

Les poumons prennent l’air, l’oxygène passe dans le corps et lui fournit l’un des ingrédients essentiels de la vie.

  • L’exhalation ou expiration :

L’air des poumons vers l’extérieur expulse de notre corps des rejets gazeux, tel que le dioxyde de carbone. Donc les poumons agissent comme des organes d’excrétion.
Si vous exhalez ou expirez correctement, vous rejetez un maximum de toxines de votre corps, ce qui aura un effet positif sur votre cerveau, sur votre mental et sur vos émotions. L’expiration est une phase très importante. Pour apaiser, elle doit être presque deux fois plus longue que l’inspiration.

  • La rétention :

C’est un moment de suspension du souffle, à l’inspire mais également à l’expire. C’est également une phase importante, car lorsque vous inspirez et que vous retenez votre souffle avant d’expirer, le taux d’échange gazeux dans vos poumons grandit sous l’effet de l’augmentation de la pression. Donc plus d’oxygène passe de vos poumons dans votre circulation sanguine et également plus de dioxyde de carbone et autres rejets gazeux passe de votre sang dans vos poumons, prêt à être éliminé par l’expiration.La pause suivant l’expiration, que nous oublions très souvent de réaliser, est en fait profondément apaisante.

RESPIRER PAR LE NEZ

Le nez, siège des mécanismes olfactifs, notre sens le plus primitif, l’odorat, est également un mécanisme de filtrage de l’air entrant pour protéger la paroi délicate de nos poumons. Des filtres sont là pour vous protéger de la poussière, du pollen, des germes suspendus dans l’air et de la pollution. Respirer par le nez protège l’appareil respiratoire en humidifiant l’air entrant.

Tout en bas, sous les poumons, se situe le diaphragme, un muscle plat, qui sépare la cage thoracique de la cavité abdominale. Ce muscle se trouve souvent très tendu, provoquant des douleurs lors de stress. Il demande à être assoupli, et la respiration profonde et abdominale lui procure beaucoup de soulagement.

Lorsque vous inspirez par le nez, laissez votre ventre se gonfler et vous sentez le diaphragme descendre doucement, libérant votre cage thoracique, s’emplissant d’air. Puis à l’expiration, votre ventre rentre, se contracte et le diaphragme remonte vers le haut, massant votre ventre et vos intestins et comprimant vos poumons qui expulsent les toxines et les gaz.

C’est la respiration d’un bébé lorsqu’il dort. Ce mécanisme malheureusement s’inverse en grandissant et nous devons le retrouver, le réactiver pour une meilleure oxygénation du corps et du cerveau et une meilleure forme physique, mentale et émotionnelle.

OBSERVER VOTRE RESPIRATION (exercice 1) – pour calmer votre mental lors de situations stressantes

  1. Asseyez-vous sur une chaise, ou sur un coussin en tailleur, installez-vous confortablement, si possible le dos bien droit, laissez votre regard flotter devant vous, dirigé vers le sol, ou également vous pouvez fermer vos yeux.
  2. Fermez vos lèvres et inspirez par le nez. Ressentez l’air qui entre dans vos narines, un peu frais à l’inspiration, et qui passe l’arrière de votre gorge. Visualisez-le se déplaçant le long de la trachée, puis dans vos bronches avant d’entrer dans vos poumons et les remplir. Tandis que vous inspirez, dirigez votre attention vers votre ventre et sentez-le se gonfler, comme s’il se remplissait. Sentez votre diaphragme, juste sous les côtes s’abaisser.
  3. A la fin de l’inspiration, faites une pause en suspendant votre souffle, poumons pleins, de 2 secondes environ.
  4. Puis vous expirez doucement, par la bouche, comme si vous aviez une paille entre les lèvres ou une petite flamme de bougie et vous ne soufflez pas trop fort pour l’éteindre. Sentez cet air bien plus chaud dans votre nez ou votre bouche. Pendant l’expiration, votre ventre se contracte, il rentre à l’intérieur, vous expirez longuement, sentez votre ventre se contracter jusqu’à presque sentir que vous voulez atteindre votre colonne vertébrale, et jusqu’à vider complètement cet air.
  5. Faites à nouveau une légère pause à l’expiration, poumons vides, 1 seconde.
  6. Puis répétez ce processus, mais à chaque inspiration, visualisez cet oxygène que vous inspirez, d’une belle couleur, représentant de l’énergie, avec un sentiment de joie. Et à chaque expiration, libérez à la fois vos toxines mais également vos émotions enfouies, vos peurs, vos doutes, vos colères, votre fatigue, vos tensions, votre stress… Vous pouvez vous représenter ce souffle qui part, de couleur sombre, vous l’envoyez à la terre devant vous.
  7. Continuez d’observer et d’écouter votre respiration en remarquant que, tandis qu’elle se calme et ralentit, votre mental également semble plus tranquille.
  8. Essayez de faire cet exercice plusieurs minutes, lorsque cela est possible, en vous concentrant et focalisant uniquement sur votre respiration. Dès que votre mental vagabonde, ramenez vos pensées sur votre souffle.
  9. Puis levez-vous, étirez-vous et remarquez ce nouveau calme qui s’est installé en vous.

 

Vous pouvez compter le rythme de votre respiration. Par exemple :

  • Inspiration compter de 1 à 4 (ou 5),
  • Pause 1-2,
  • Expiration, compter de 1 à 6 (ou 7),
  • Pause 1
  • etc… trouvez votre propre rythme régulier…

Christine DESVIGNE

Animée par ma passion pour l’âme et la psychologie humaine, j’accueille et j’écoute chaque personne dans sa globalité

Chacun est unique et rien n’est figé.

Tout est possible, car l’être humain, par sa conscience, est en perpétuelle évolution.

Contact

Christine DESVIGNE
6 impasse de la Baleine
75011 PARIS

Métro Parmentier (ligne 3) ou Couronnes (ligne 2)
Bus 96 ou 46

Tél: 01.43.38.12.91
Mobile: 06.08.14.73.75
Skype: christine.desvigne1

Suivez-moi